Accueil > Aéronautique, AirBus AF447 > AF447, sondes Pitot Thales ou Goodrich pour Airbus A330?

AF447, sondes Pitot Thales ou Goodrich pour Airbus A330?



Sondes Pitot THALES contre Pitot GOODRICH : le choix se porte sur le constructeur américain.

Les sondes Pitot sont au centre de nombreuses interrogations depuis le crash du vol AF447 survenu il y a quatre mois, entre Rio et Paris. L’une des rares certitudes, c’est qu’il y a eu « une incohérence » des mesures des sondes Pitot, qui permettent de contrôler la vitesse de l’avion.

Malgré le remplacement sur les Airbus 330 de toutes les sondes Pitot de marque Thales (modèle C16195-AA) par un autre modèle de la même marque (modèle : C16195-BA) suivant la Service Bulletin (SB: A330-34-3231) du 12 aout 2009  la situation n’est pas satisfaisante.
En effet les nouvelles sondes THALES BA n’ont pas démontré qu’elles étaient plus fiables que les sondes Pitot de la marque concurrente GOODRICH.

Voici les Deux modèles de sondes Pitot en lice :


AirBus A330 – le tube Pitot de marque Thales

Spécifications du tube Pitot Airbus A330 de marque THALES
Numéro de nomenclature : P/N C16195BA (Interchangeable avec le modèle précédent 16195AA)
Applications : Airbus A330/A330/A340
Alimentation : 115 VAC, 400 Hz, caractéristiques électriques compatibles avec les systèmes de navigation aérienne.
Poids : 500 g maxi




AirBus A330 – le tube Pitot de marque Goodrich

Spécifications du tube Pitot Airbus A330 de marque GOODRICH
Numéro de nomenclature : P/N 0851-HL (Interchangeable and Intermixable with existing Rosemount Pitot Probe)
Icing Performances : Qualified to FAA TSO-C16 and AS 393
Pressure Connectors : Three pin quick-disconnect air fitting, Hydraflow P/N IQMI-3-54A or equivalent
Electrical Connectors : Three pin connector per MIL-C-5015
Alimentation : 115 VAC, 400 Hz
Poids : 500 g maxi




Par principe de précaution et sous la pression des pilotes,  l’AESA (Autorité Européenne du Transport Aérien) a donc décidé le 7 septembre 2009  (3 mois après l’accident), d’émettre une directive stricte sous forme de AD (Airwrthiness Directive) pour remplacer une partie des sondes Pitot Thales par des Goodrich.
Seuls les Airbus A330 et A340 sont concernés, les A320 pourvus des mêmes sondes Thales ne sont pas touchés par cette AD.
L’industriel a jusqu’au 7 Janvier 2010 (4 mois) pour satisfaire à cette directive.

Il résulte de cette disposition que :
– les sondes Pitot de marque Thales modèle C16195-AA sont interdites sur les A330 et A340,
– les emplacements 1 (Pilote – CDB) et 3 (StandBy) seront dorénavant et irrévocablement équipés de sondes Goodrich P/N 0581-HL,
– les sondes Pitot de marque Thales modèle C16195-BA peuvent encore être utilisées uniquement en position 2 (Co-Pilote, OPL).

A noter que les 3 sondes de l’A330/A340 peuvent être des Goodrich en accord avec les instructions d’Airbus, ceci peut être une alternative acceptée répondant aux exigences de l’AD.

Les nouvelles sondes Goodrich sont-elles fiables :

A leur tour les nouvelles sondes Pitot américaines Goodrich sont déjà dans le collimateur…
ces sondes anémométriques sont sensées mieux résister au givre, gel et humidité que les précédentes mais présentent des fuites…

L’Agence européenne de sûreté aérienne (AESA) a rendu effective le 23/09/2009 une directive qui enjoint de contrôler certaines sondes Pitot de marque Goodrich récemment installées sur des avions Airbus.
Cette directive concerne les compagnies aériennes disposant d’appareils Airbus A330/A340 équipés de sondes Pitot de la marque américaine Goodrich de modèle 0851-HL,  portant les numéros de série 267328 à 270714 inclus.

«Plusieurs rapports» ont fait «récemment» état de défauts sur ces sondes, justifie la directive, précisant qu’il peut s’agir d’un «défaut de fabrication» et non de conception, en effet il a été décelé la présence d’une prise d’air dans le raccordement pneumatique dûe à  «… un mauvais couple de serrage appliqué lors de la fabrication. »
Si ces défauts ne sont pas corrigés, les «fuites d’air» dans ces capteurs, pourraient à nouveau fournir des informations de vitesse «erronées», selon la directive.
La demande de vérification de l’AESA est impérative dans un délai immédiat de 5 jours, a précisé une porte-parole de l’agence. Un rapport systématique des contrôles doit être communiqué à Airbus.

Affaire à suivre…



A Lire Aussi…








Partager cet article sur vos profils :


  1. 29 juillet 2011 à 16:48

    alertecatastrophe a dit :

    alertecatastrophe :

    Quand on pense que les sonde Pitot GOODRICH n’ont jamais eu de problème, c une histoire argent.

    Bonjour Cher Visiteur,
    Comme nous le pressentions depuis le début de l’enquête BEA sur l’accident du vol AF447, le fonctionnement défectueux des sondes Pitot est à l’origine du crash.
    Déjà dès le : 24 novembre 2008, l’Agence européenne de sûreté aérienne (AESA) avait imposé à Airbus, qui l’avait immédiatement mis en pratique (planifiée à partir du 27 avril 2009), le remplacement des capteurs de vitesse fabriqués par Thalès par ceux de la marque Goodrich dans une proportion minimum de deux sondes sur trois sur ses A330 et A340, ceci étant annoncé comme juste une «mesure de précaution». Ce remplacement fut rendu obligatoire dans un délai de deux semaines. En mai 2009, Air France demande à Thales d’accélérer le calendrier de livraison, les sondes sont livrées à partir du 26 mai 2009 à raison de 12 tubes Pitot par semaine.

    On voit que le débat entre Airbus et les compagnies aériennes sur les problèmes des sondes Pitot n’est pas nouveau et est bien antérieur au crash de l’AF 447.
    L’inertie relative dont le constructeur Airbus ainsi que la compagnie AirFrance ont fait preuve avant et après le crash semblent vous donner raison, il s’agit d’une simple question de coût de remplacement des capteurs défaillants (les Thalès) par les tubes Pitot beaucoup plus fiables: les GOODRICH.

    De ce point de vue les familles des malheureuses 228 victimes peuvent maintenant mettre des noms sur les véritables responsables de cette tragédie. Pour ma part j’exclurais les pilotes qui, devant la confusion des informations qu’ils avaient devant eux, n’ont pas pu remettre l’avion dans son domaine de vol duquel il était sorti à la suite d’actions de pilotage manuel majoritairement à cabrer.

    Merci de votre commentaire.

    Manin.

  2. 29 juillet 2011 à 14:24

    Quand on pense que les sonde Pitot GOODRICH n’ont jamais eu de problème, c une histoire argent.

  3. 7 octobre 2009 à 02:58

    On ne saura vraiment ce qui c’est passé que si l’on retrouve les boites noires, ce qui semble peu probable malgré la nouvelle campagne de recherches que s’apprête à lancer la France.
    Ce qui est sûr ce que les compagnies devraient préconiser de contourner les orages plutôt que de chercher à gagner du temps (et du kérosène) en prenant des risques…

    J’espère que les boîtes noires seront vite remplacées par des streams de données au sol (un genre de WiMax par ex.) on saurait alors à chaque instant ce qui se passe à bord des avions même lorsque ceux-ci piquent en accélérant vers la surface de l’eau…
    On pourrait imaginer un duplex télémétrique avec un contrôleur au sol, qui prendrait en charge un avion défaillant comme le système des formules 1 (système interdit en course actuellement) …. mais n’allons pas trop vite…

    Bizzzzzous XXL

  4. lucette17
    6 octobre 2009 à 00:16

    Sonde en défaut ou pas les pauvres familles des victimes sont toujours au même points .
    Comme tu dit à faire a suivre

  1. 7 mars 2012 à 23:00
  2. 7 mars 2012 à 22:34
  3. 7 mars 2012 à 20:06

Laisser un commentaire sur cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :