Accueil > AirBus AF447 > AF447: Boîtes Noires Localisées

AF447: Boîtes Noires Localisées




L’espoir renaît dans la recherche pour localiser les boites noires du vol d’Air France AF-447 Rio-Paris disparu en mer dans la nuit du 31 mai au  1 juin 2009 avec 228 personnes à bord.

Le Général Christian Baptiste Porte Parole Adjoint du Ministère de la Défense vient d’annoncer ce jour, 6 mai 2010 que les boites noires auraient été probablement repérées, dans une zone de quelques dizaines de km², annonce confirmée par le Ministère Français de la Défense.

Martine Del Bono, porte-parole du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) français qui enquête sur les causes de l’accident, a déclaré à la BBC que le Brésil a été informé de l’emplacement possible des boîtes noires mercredi soir par le ministre des Transports Dominique Bussereau, lui même ayant été informé par le Ministère de la Défense.


Comment a t-on localisé les Boites Noires

Malgré que les balises n’émettent plus de signaux de repérage depuis plusieurs mois,  la marine française estime qu’elle a maintenant défini très précisément la zone où les boîtes noires se trouveraient dans une zone limitée probablement à moins de cinq kilomètres carrés.

Les techniciens de la Marine Nationale ont réanalysé les enregistrements sous-marins réalisés au cours de la première phase de recherche du 10 juin au 10 juillet 2009, environ trois semaines après la catastrophe.
Ces enregistrements, réalisés par le sonar puissant du sous-marin nucléaire Emeraude France, n’avaient fourni aucun indice jusqu’ici…  ils ont récemment été analysés par un nouveau programme informatique sophistiqué mis au point par le service écho localisation de la société Thales.
Le nouveau logiciel a permis aux spécialistes de la Marine au début de cette semaine, d’identifier des signatures sonores enregistrées lors de la mission du  1er juillet l’an dernier. Ces signaux seraient émis par les balises des boîtes noires de l’avion, a déclaré Ministre de la Défense Hervé Morin.

En effet, l’utilisation des filtres mathématiques appliqués aux transformées de Fourrier (FFT) permettent par la déconvolution des signaux captés, d’extraire un signal significatif du signal utile : le fameux ping à 37,5 kHz !.
Un algorithme de triangulation nécessitant aussi une grande puissance de calcul a ainsi permis de circonscrire la nouvelle zone de recherches.


Boites Noires :

Les boîtes noires de cet Airbus sont le seul espoir que nous ayons de connaitre un jour ce qui s’est passé lors de cette nuit qui a vu le vol AF-447 disparaître à jamais des écrans de contrôles radar…


Au nombre de deux, la FDR : Flight Data Recorder et la CVR : Cockpit Voice Recorder  les Boîtes Noires enregistrent les données vitales d’un vol.


L’ensemble des informations des différents capteurs de l’avion est collecté par le FDAU (Flight Data Acquisition Unit) situé à l’avant du cockpit puis renvoyé vers l’arrière de l’avion où sont situées les 2 boîtes noires.

Les boîtes noires ont pour caractéristique commune d’être équipées d’une balise de localisation ULB (Underwater Locator Beacon) qui se déclenche en cas d’immersion et qui émet un signal à ultrasonique omnidirectionnel à une fréquence de 37,5 kHz avec une puissance de 160 dB (ref 1 μPa à 1m) toutes les secondes pendant une durée d’au moins 30 jours consécutifs sur une portée de 2 km environ. Il peut être capté à une profondeur allant jusqu’à 6 000 mètres (environ 20 000 pieds) grâce notamment à des « towed pinger locators » (TPL) spécifiques constitués d’hydrophones passifs remorqués à faible vitesse (5 nœuds) derrière les navires de recherche.

Introduites dans l’aviation à partir des années 1960, les boîtes noires étaient constituées par des enregistreurs sur bande magnétique avant d’être progressivement remplacées depuis les années 1990 par des mémoires solides (flash) considérées comme plus fiables étant donné l’absence de composants mécaniques et pouvant également stocker plus d’informations.

À la suite de tout incident aérien, les boîtes sont analysées par les autorités en charge de la sécurité aérienne soit en France, le Bureau d’enquêtes et d’analyses, BEA.



Retour en haut de la page

Nouvelle Phase de Recherches

Dans la troisième phase de recherches des boîtes noires, qui a débuté en Mars de cette année,  les équipes de recherche ont parcouru une superficie de  3 000 kilomètres carrés au nord-ouest de la dernière position connue de l’avion. Malgré le coût de ces recherches qui approche déjà les 30 millions d’euros (tous pays confondus), le BEA avait annoncé mardi que les recherches en mer pour retrouver l’épave et les boîtes noires allaient se poursuivre jusqu’au 25 mai avec le navire norvégien ‘Seabed Worker’ et deux drones sous-marins.

Les nouvelles recherches seront financées par Airbus et Air France à hauteur de 1,5 million d’euros chacun. Les deux entreprises sont déjà impliquées  conjointement à hauteur de 13 millions d’euros pour les recherches. De son côté le BEA aurait déjà investi plus de 10 millions d’euros, tandis que la Marine nationale annonce avoir dépensé à ce jour  environ  6 millions d’euros.

A la suite de ces informations le BEA a immédiatement décidé de redéployer ses moyens de recherches vers cette nouvelle zone qu’ils atteindront dès demain. Les équipes du BEA se trouvent à deux heures de mer au sud de la position du navire qui explore actuellement la région située au nord-ouest de la dernière position connue de l’avion.
Les recherches qui débuteront dès demain mettront en oeuvre vraisemblablement  le mini-sous-marin « Nautile »,   le robot « Victor » et/ou les drones  sous-marins  tractés et contrôlés par le navire *Pourquoi Pas* (IFREMER) se trouvant sur zone, ces instruments  équipés de puissantes caméras vidéo seront alors immergés dans le but ultime d’apercevoir et de remonter les boîtes noires du vol AF-447.

Concernant cette information, Luc Chatel, porte-parole du gouvernement français, a cependant déclaré jeudi, que nous devons traiter avec une « extrême prudence » ce genre d’information.

« Pour l’instant, il s’agit seulement d’une zone de localisation. Ensuite, nous devons examiner si nous pouvons récupérer les boîtes noires suivant la profondeur à laquelle elle se trouvent. Ce serait une excellente nouvelle pour tous, en particulier pour les familles des victimes, de savoir : Que s’est-il réellement passé ayant motivé cette disparition, mais je veux rester très prudent en ce moment « , a précisé M. Chatel.


Dernières images AF-447  (juillet 2009)


un élément du bloc préparation des repas pour les passagers.


L’analyse des débris ne permit pas de découvrir les raisons de l’accident…


Quelques Liens  pertinents


Be the first to know on Manin’s Blog



Partager cet article sur vos profils :


  1. 6 mai 2010 à 23:06

    oui Lulu, tu as bien résumé l’avis général…

    je rajouterais que si l’information se concrétise, il faudra rendre hommage à tous ces chercheurs, militaires et membres du BEA (qui avaient été un peu décriés… ) qui continuent à chercher et à mettre au point des systèmes pour que la technologie avance et soit de plus en plus au service de l’humanité… en dominant les aléas de la Nature.

    Bizzzzes FFT

  2. Train
    6 mai 2010 à 22:47

    ça c’est une très bonne nouvelle . Je pense à toutes ces familles qui voulaient savoir ce qui était arrivé, maintenant elles vont savoir hélas ça ne fera pas revenir leurs proches, mais elles pourront vraiment commencer leur deuil

  1. 7 mars 2012 à 23:00
  2. 7 mars 2012 à 22:50
  3. 7 mars 2012 à 22:45
  4. 7 mars 2012 à 22:34

Laisser un commentaire sur cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :