Archive

Posts Tagged ‘Espace’

Flying to the Moon



Airbus surpris dans mon viseur… (Crédit Photo : Mariano Arcos 2013)


Dans l’attente de capturer l’ISS prévu quelques minutes plus tard, le trépied et le télé 400mm étaient pointés sur la Magnifique pleine Lune de fin Juillet…
lorsque, dans un silence absolu, un Airbus surgi de nulle part et en route vers le nord intercepte, l’ouverture de ma focale… j’ai failli tomber de mon tabouret tant la surprise fut grande…
Heureusement j’ai pu déclencher la télécommande pour saisir cet instant fabuleux.





Informations EXIF de la photo :
Make – Canon
Model – Canon EOS 500D
Orientation – Top left
XResolution – 72
YResolution – 72
ResolutionUnit – Inch
DateTime – 2013:07:22 21:25:37
Artist – Photographe : Mariano Arcos
YCbCrPositioning – Co-Sited
Copyright – Copyright 2010-2012  CyberManin
ExifOffset – 360
ExposureTime – 1/125 seconds
FNumber – 5.60
ExposureProgram – Shutter priority
ISOSpeedRatings – 100
ExifVersion – 0221
DateTimeOriginal – 2013:07:22 21:25:37
DateTimeDigitized – 2013:07:22 21:25:37
ComponentsConfiguration – YCbCr
ShutterSpeedValue – 1/128 seconds
ApertureValue – F 5.66
ExposureBiasValue – 0
MeteringMode – Multi-segment
Flash – Flash not fired, compulsory flash mode
FocalLength – 310 mm
UserComment –
SubsecTime – 31
SubsecTimeOriginal – 31
SubsecTimeDigitized – 31
FlashPixVersion – 0100
ColorSpace – sRGB
ExifImageWidth – 4752
ExifImageHeight – 3168
InteroperabilityOffset – 8380
FocalPlaneXResolution – 5315.44
FocalPlaneYResolution – 5342.33
FocalPlaneResolutionUnit – Inch
CustomRendered – Normal process
ExposureMode – Auto
White Balance – Auto
SceneCaptureType – Standard


Self timer – Off
Quality – Fine
Flash mode – Not fired
Sequence mode – Continous
Focus mode – MF
Image size – Large
Easy shooting mode – Manual
Digital zoom – None
Contrast – Normal
Saturation – Normal
Sharpness – Low , -32769
ISO Value – 32767
Metering mode – Evaluative
Focus type – Auto
AF point selected –
Exposure mode – Tv-priority
Focal length – 100 – 400 mm (1 mm)
Flash activity – Not fired
Flash details –
Focus mode 2 – 65535
Auto ISO – 100
Base ISO – 100
White Balance – Auto
Sequence number – 0
Flash bias – 0 EV
Subject Distance – 35.84
Image Type – Canon EOS 500D
Firmware Version – Firmware Version 1.1.0
Owner Name – Mariano Arcos
Camera Serial Number – 880282959 (347803407)
Sharpness (EOS 1D) – 5
Directory index (EOS 450D) – 480
File index (EOS 450D) – 481
File number – 000 – 0000
Sharpness (A0) – 4






Partager cet article sur vos profils :


Publicités

Les Exploits de Curiosity…



Le robot de la NASA Curiosity dans ses expériences géochimiques sur la planète rouge: Mars.
Depuis son atterrissage du 6 août dans le cratère de Gale, situé près de l’équateur martien, Curiosity n’est pas resté inactif, après une série de tests afin de vérifier le bon fonctionnement des instruments moteurs, les techniciens ont décidé de faire une courte ballade vers le mont Glenelg situé à 176 m de distance. Chemin faisant quelques expériences préliminaires scientifiques sont menées 😉

Too Big for the Sieve

Dans cette image, la godet du robot de la NASA Curiosity  montre des échantillons collectés sur le sol martien.
Ces particules de sol, ressemblant à des grains de sable, sont le résidu de la filtration par le tamis de traitement. L’instrument de spectroscopie utilisera ultérieurement, à des fins d’analyses, les particules fines issues du processus de filtration.

La porosité du tamis permet de ne laisser passer que les particules dont la taille est inférieure à 150 micromètres de diamètre. L’opération de filtration consiste à vibrer une pleine cuillerée de terre au dessus du tamis, tandis que les particules fines sont analysées, les particules trop grosses pour passer à travers le filtre sont séparées et restent dans le godet pour une inspection visuelle poussée grâce à la caméra fixée sur le mât du rover. [image que l’on voit ici]

cliquer sur l’image pour zoomer

Le Robot Curiosity en action… (Crédit image: NASA / JPL-Caltech / MSSS)


Cette expérience fait partie d’un test de ‘décontamination’ réalisé par l’instrument CHIMRA [Collection and Handling for In-Situ Martian Rock Analysis] et se résume en la collecte et le traitement in-situ d’un matériaux rocheux d’origine martienne : Cet instrument est fixé à l’extrémité du bas télescopique articulé du rover et comprend une pelle, un tamis et divers autres composants.
L’exercice de décontamination consiste : collecter un petit volume de terre (environ 120 grammes), l’agiter soigneusement à l’intérieur d’une chambre de traitement pour nettoyer les surfaces internes, tamiser l’échantillon collecté, le séparer en parts appropriées, puis jeter l’échantillon. Ce processus sera répété trois fois. Ces cycles de rinçage-rejet font partie d’un protocole d’Assurance Qualité similaire à une pratique courante dans l’analyse en laboratoire géochimique sur Terre.

L’image ci-dessus a été prise par la caméra de droite du mât de Curiosity (Mastcam-100) le 10 octobre 2012, au 64 ème  Sol des opérations, [1 Sol = Jour Martien] .
Les scientifiques de la Nasa ont traité cette image en ajustant la balance des blancs [white-balancing] afin que la couleur de cette scène martienne apparaisse telle qu’elle serait dans les conditions d’éclairage que nous avons sur la Terre.



La vidéo ci-dessous montre magnifiquement le travail effectué par le robot Curiosity sur le sol Martien :







Liens sur le même sujet :




y colorin, colorao este cuento se ha acabao’…



Partager cet article sur vos profils :


Des traces de roues sur Mars

25 août 2012 1 commentaire


Le robot de la NASA Curiosity a effectué mercredi son premier déplacement sur la planète rouge :  Mars.
Depuis son atterrissage du 6 août dans le cratère de Gale, situé près de l’équateur martien, Curiosity n’est pas resté inactif, après une série de tests afin de vérifier le bon fonctionnement des instruments moteurs, les techniciens ont décidé de faire une courte ballade 😉
La zone d’atterrissage a été baptisée « Bradbury Landing » en hommage à l’auteur américain de science-fiction Ray Bradbury, décédé en juin.

cliquer sur l’image pour zoomer

Des traces de Roues sur Mars … Robot Curiosity.    (Crédits Nasa, JPL)



Ainsi Curiosity a actionné ses 6 roues et effectué mercredi son premier déplacement sur Mars !  il a parcouru 4 mètres approx., puis un virage à 90° et avancé de quelques mètres pour se positionner vers son objectif : la zone de Glenelg.

« Curiosity a roulé pour la première fois sur Mars aujourd’hui, avec succès. Nous avons un système de mobilité en parfait état de marche sur notre robot », a déclaré Matt Heverly, responsable des déplacements de Curiosity.

Ce parcours, qui a duré pendant seize minutes, a permis au robot de prendre quelques photographies, notamment les premières images qui montrent clairement les traces de ses roues sur le sol martien.

Un hommage à Ray Bradbury :

« En son honneur, nous avons baptisé l’endroit où Curiosity a atterri ‘Bradbury Landing‘ (La zone d’atterrissage Bradbury)« , a précisé Michael Meyer, responsable scientifique du programme d’exploration de Mars à la NASA, au Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena, Los Angeles.

Le légendaire Ray Bradbury, auteur de Fahrenheit 451 (1953) et notamment Chroniques martiennes (1950), aurait fêté ses 92 ans mercredi,
« il avait déjà atteint l’immortalité avec ses centaines de nouvelles et ses près de cinquante romans. Ses livres nous ont inspirés, les Chroniques martiennes ont inspiré Curiosity et ouvert nos esprits à la possibilité d’une forme de vie sur Mars« , a expliqué Michael Meyer.

Curiosity est encore loin de l’objectif :

Même si Pete Theisinger, responsable de la mission Curiosity s’est félicité du succès de la mission, il reste prudent pour la suite :

« Nous sommes au 16e jour d’une mission de deux ans, nous n’avons pas encore posé notre bras (articulé) sur le sol et nous n’avons pas testé notre capacité à récupérer des échantillons, ce qui est un élément-clé de la mission scientifique« , a-t-il précisé. « Donc, même si tout s’est bien passé jusqu’ici, nous n’avons coché que deux cases de nos exigences minimum : décoller à l’heure (de la Terre) et atterrir sur Mars. Nous sommes encore loin d’avoir atteint le plein potentiel de cette mission » a t-il ajouté.







Si vous avez aimé cet article, vous aimerez certainement :




Partager cet article sur vos profils :


Phobos frôlé par Mars Express

19 mars 2010 3 commentaires



mis à jour le : 23-08-2011.

Pour la première fois une sonde spatiale a frôlé Phobos, il s’agit de la sonde européenne Mars express qui s’est rapprochée à seulement 67 Km  de l’une des deux Lunes¹ de la planète Mars :   Phobos.

cliquer sur l’image pour zoomer

Le satellite Phobos autour de Mars, le 7 mars 2010 Credits: ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)


Cette image de Phobos, lune de Mars a été prise par la caméra stéréoscopique à haute résolution (HRSC) du vaisseau Mars Express, lors de sa 7915 ème orbite.
La caméra HRSC est exploité par le Centre Aérospatial Allemand et la mission Mars Express est gérée par l’ESA (Agence Spatiale Européenne).
La HRSC a pris cette image en utilisant le canal du nadir, celle-ci a été améliorée afin de faire ressortir les caractéristiques dans les zones moins éclairées.  La résolution est de 4,4 mètres par pixel.

La structure de Phobos est encore mystérieuse pour les astronomes car des survols précédents ont montré que ce corps n’est pas suffisamment dense pour être entièrement solide. Parmi les hypothèses expliquant ce fait, outre sa faible gravité, il  existe la possibilité que Phobos soit constitué de roches creuses.

Pour analyser Phobos de plus près, les scientifiques de l’Agence Spatiale Européenne ont donc envoyé Mars Express, sonde qui orbite autour de Mars depuis décembre 2003.




Le satellite Phobos autour de Mars, le 7 mars 2010

« Phobos est probablement un objet de deuxième génération dans le système solaire » explique Martin Pätzold, de l’Université de Cologne, en Allemagne. Cela signifie qu’il s’est formé après la planète Mars probablement selon un mécanisme similaire à celui qui a donné naissance à notre Lune : un impact de gros astéroïde sur la surface de Mars ayant éjecté des débris de roches qui se sont ensuite rapprochés et fusionnés par agrégation.


Phobos mesure 25 km dans sa plus grande longueur, on peut observer outre la multitude d’impacts communs à tous les astres de notre système solaire y compris la Terre, mais aussi l’orientation constante de sillons laissés par les débris d’impacts. En effet ces profonds sillons sont orientés Nord-Sud c’est à dire perpendiculaire à l’axe de rotation actuel !

De plus, mon interrogation est toujours la même : mais où sont passés les corps responsables de ces traces au sol…  Observation valable pour tous les objets célestes voisins à commencer par la Lune.




Le cratère Stickney qui a probablement failli faire éclater Phobos...

Ci-dessus le plus grand des cratères rencontrés sur Phobos, nommé « Stickney », du nom de jeune fille de l’épouse de l’astronome Américain : Asaph Hall,
il est probable que cet énorme impact à failli réduire le satellite en cendre, on peut penser que grâce à la malléabilité de son sol, Phobos a absorbé l’impact et a  simplement était déformé comme une énorme guimauve…

Phobos est située à seulement 6000 km du sol martien (le rayon de Mars mesure environ 3 400 km), il est donc plus proche de la planète que tout autre satellite naturel du système solaire.
Quelle que soit son origine précise, Phobos est inexorablement attiré par la gravité de sa planète mère à la vitesse de 1,8 mètre tous les 100 ans, à cette vitesse il finira par s’écraser sur Mars d’ici environ 50 millions d’années ou se disloquer victime de marées gravitationnelles en créant un anneau formé d’une myriade de petits débris comme c’est le cas autour de Saturne.
« Phobos s’est créé à partir de débris et redeviendra un débris. » conclut Martin Pätzold.










Abstract :

This image of Mars’ moon Phobos was taken by the High Resolution Stereo Camera (HRSC) on Mars Express. The HRSC camera is operated by the German Aerospace Center and the Mars Express mission is operated by the European Space Agency. The HRSC took this image using the nadir channel on March 7, 2010, on HRSC Orbit 7915. The image has been enhanced to bring out the features in the less illuminated areas.

Visit the German Aerospace Center page for 3-D and other imagery of Phobos.

Image Credit: ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)


¹ la deuxième Lune de Mars étant Deimos



Be the first to know on Manin’s Blog






Partager cet article sur vos profils :

Retour en haut de la page


Catégories :Astro Étiquettes : , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :