Archive

Posts Tagged ‘LRO’

Le plus beau des Cratères : Tycho

5 juillet 2011 1 commentaire


cliquer sur l’image pour zoomer

Le piton central du cratère lunaire : Tycho, hauteur 2000 mètres... (images NASA)


Le 10 Juin 2011, le vaisseau Lunar Reconnaissance Orbiter de la NASA a capturé une vue spectaculaire du lever de Soleil sur le cratère de la lune : Tycho.
Le LRO était sur une orbite inclinée à 65° Ouest, les caméras de la sonde ont saisi cette image en lumière rasante…

Cible très populaire auprès des astronomes amateurs, Tycho se situe à 43,37 °S, 348,68 °E, son diamètre est d’environ 82 km. Le sommet du pic central que nous voyons ici en gros plan est à 2000m au-dessus du fond du cratère et mesure environ 15 km dans sa partie la plus longue. Le fond du cratère se trouve 4700 mètres en dessous du niveau du sol environnant.

Sur cette image prise par le LRO on aperçoit nettement le bloc (rocheux ?)  mystérieux au sommet du pic rocheux. Cet objet, d’une dimension de 120 mètres est posé dans une légère déclivité et nul ne sait comment il est arrivé là !


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez certainement…





Partager cet article sur vos profils :


Catégories :Astro Étiquettes : , , , , , ,

Centaur explose sur la Lune !




mis à jour le : 16-10-2010.

La sonde de la Nasa :  LCROSS (Lunar Crater Observation and Sensing Satellite) n’a jamais été aussi près de la Lune pour accomplir son tragique destin : exploser sur la surface de notre satellite naturel le plus proche au Nom de la Science.

Le but recherché est de produire le plus grand impact mécanique (et non un bombardement)  sur le sol lunaire afin de vaporiser l’eau qui devrait se trouver au fond du noir et froid cratère Cabeus.




Comment en est-on arrivé là :

Le LCROSS et le LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) ont été lancés conjointement le Jeudi 18 Juin 2009.
Pendant que LRO se satellisait autour de notre astre sélène, LCROSS lui, partait de son côté pour réaliser 3 énormes orbites autour de la Terre juste pour prendre la vitesse nécessaire à l’impact (plus de 9000 km/h).
A son nez est fixé Centaur, un étage de la fusée Atlas vide qui a servi à la propulsion lors du départ de Floride, cet objet extrêmement lourd (2366 kg)  de 13 mètres de long sera utilisé comme projectile. (en blanc sur le design ci-dessous)


Le vaisseau ATLAS et le module LCROSS, en route vers la Lune, avant son retournement.


Malgré une fuite incontrôlée de liquide de propulsion au mois d’aout qui a bien failli empêcher LCROSS de rejoindre la Lune, celui-ci  placé en mode économique arrivera bien à destination, les deux véhicules se sépareront le 9 Oct à 4:00 UTC et le premier impact est fixé pour  11:31 GMT² le même jour.

Centaur n’est que le premier projectile de la mission, car 4 minutes plus tard la sonde LCROSS de 891 kg s’écrasera elle même sur la Lune…


LCROSS lancera CENTAUR qui percutera la Lune le 9 octobre 2009.


Devant la qualité extraordinaire des images envoyées par LRO depuis son orbite, la NASA a récemment décidé de changer de cible et d’abandonner la cible initiale : le cratère Cabeus ‘A’ pour un cratère situé à 68 km à l’Est lunaire et plus près du Pôle Sud nommé :  Cabeus.

Lune thermique

Centaur en route pour sa mission suicide, Design : Mariano Arcos

Les chercheurs espèrent que l’explosion créera un panache de débris d’environ 20 km de large et génèrera un nuage de poussière lunaire embrasée à des hauteurs de 10 km.
Cette gerbe, éclairée par le soleil, sera visible depuis la Terre avec un simple télescope à partir de 10 inches.
La NASA diffusera l’événement en direct sur NASA TV à partir de 06:30 EDT.

Vous pouvez tourner votre logiciel GoogleEarth vers la Lune, entrer ces coordonnées :  Cabeus ou -84.675, 311.275 E   dans la case ‘Aller à’ et vous pourrez observer l’impact de CENTAUR sur la Lune !






Analyser la gerbe due à l’impact

Mais le premier impact n’est que le prélude…
A bord de la sonde LCROSS se trouvent neuf instruments scientifiques différents (analyseurs de spectres pour spectrométrie dans le visible et dans le proche infrarouge, photomètre, caméras thermiques IR, etc.), y compris les caméras qui émettront en live et nous feront vivre en direct les impacts des particules contenues dans la gerbe qu’elle va rencontrer.
Ces instruments analyseront le panache de débris à la recherche des traces d’eau glacée et enverront les datas à Ames Research Center de Moffet Field en Californie.

« Nous nous attendons à voir en direct, le fond du cratère se rapprocher de plus en plus jusqu’à l’impact…», a déclaré Pr. Friedensen SPACE.com.

Les scientifiques de la NASA précisent que ces lieux sombres ne voyant jamais le soleil, sont parmi les plus froids du système solaire, avec des températures atteignant moins 240 degrés Celsius.
On sait depuis quelques jours qu’il y a bien de l’eau sur notre satellite, mais trouver des quantités utilisables d’eau glacée serait un bienfait dans la perspective d’envoyer des astronautes s’établir sur la Lune d’ici le milieu des années 2020.




Données et Constantes


  • La Lune est âgée de 4, 6 milliards d’années, le même âge que la planète Terre.
  • Sa création est due à l’accrétion d’un gigantesque nuage de débris formé lors de la collision de la Terre avec un astre de la taille de la planète Mars…
  • Distance Terre-Lune : 384 400 km
  • Période de révolution : 27,32 jours
  • Diamètre équatorial : 3 474 km
  • Masse : 7,349×10²² kg
  • Gravité de surface : 1,62 m/s², soit le sixième de la pesanteur que nous connaissons sur la Terre.
  • Température de surface
    * maximale : 123 °C
    * moyenne : -77 °C
    * minimale : -238 °C


  • ²  N.B.  :
  • Actuellement  heure d’été  = UTC + 2 heures
  • UTC = EDT + 4 heures
  • UTC = GMT

Be the first to know on Manin’s Blog





Partager cet article sur vos profils :

Retour en haut de la page


Catégories :Astro Étiquettes : , , , , , , ,

La Recherche de l’Eau Perdue


Mise à jour de l’article concernant la Découverte de l’eau à la surface de la Lune

Image Full résolution : 1950 px × 1950 px

 

Eau sur la Lune

Cartographie de la Lune, les zones en bleu indiquent la présence d'eau - Crédits : ISRO/NASA/JPL-Caltech/Brown Univ./USGS

 

 

le 25 septembre 2009 @15:13  :

L’instrument M3 (NASA’s Moon Mineralogy Mapper) embarqué dans la sonde Chandrayaan-1 lancée par l’ Indian Space Research Organization a obtenu des informations capitales, après traitement la Nasa nous fait parvenir aujourd’hui cette nouvelle image de notre satellite la Lune.

L’analyse de l’information spectroscopique du rayonnement solaire proche de l’infrarouge reflété par la surface Lunaire montre une faible répartition de l’eau suivant la latitude, on constate une augmentation  visible (couleur bleu) de la teneur en eau au fur et à mesure que l’on s’approche des pôles.

La quantité d’eau est faible mais existante, on estime cette quantité un demi litre pour 100 m² de surface environ…

il est vraisemblable que la face qui nous est cachée soit constituée de la même proportion d’eau, le vent solaire activant la production d’hydrogène/oxygène durant les 27 jours de la journée lunaire sur cette face également.

La couleur bleu est la signature de l’eau, le rouge indique du minerai de fer (appelé pyroxène) et le vert indique le taux de réflectivité (brillance) du rayonnement IR du soleil.

 

 

 

Be the first to know on Manin’s Blog

Catégories :Astro Étiquettes : , , , , , ,

De l’eau sur la Lune, officiel !

24 septembre 2009 4 commentaires

Les nouvelles en provenance de la Lune se précipitent ces jours-ci …

Nébuleuse de l'Oeil de Chat

Confirmation de la découverte de l'eau sur la Lune. Photo Manin, compositage de 16 images, Télescope : 120x910, Oculaire : 20 mm, Caméra CCD : EOS 400D



1- le 18 septembre 2009 :

Le système DLRE (Diviner Lunar Radiometer Experiment)  destiné aux observations thermiques  et embarqué à bord de la sonde  LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter)  de la NASA actuellement en orbite autour de la Lune, indique que la probabilité de la présence d’eau à la surface de la Lune est très élevée.

Lune thermique

Cartographie thermique de la surface lunaire. Crédits : Nasa DLRE

Cette carte thermique de la surface de la Lune obtenue par Diviner montre que les températures sont extrêmement basses dans les régions à l’ombre permanente des grands cratères d’impact dans la région du pôle Sud. Deviner a enregistré dans certaines parties des cratères faiblement éclairés par la lumière du jour des températures minimales de moins 238 °C en dessous de zéro, et sont parmi les plus faibles qui ont été mesurées dans le système solaire, y compris la surface de Pluton.

«Après des décennies de spéculations, Deviner nous a donné une première confirmation que ces lieux étranges, en permanence sombres et extrêmement froids existent en fait sur notre Lune », a déclaré Ashwin Vasavada membre de l’équipe du JPL (Jet Propulsion Laboratory de la NASA). «Leur présence augmente considérablement la probabilité que l’eau ou d’autres composés y soient rencontrés sous forme de glace »

N.B. : Je rappelle que le vaisseau LCROSS, sister ship du LRO, lancera dans quelques jours le 9 octobre 2009 un objet appelé Centaure vers la surface de la Lune, cet *obus* est destiné à percuter le sol à grande vitesse et ainsi mettre en évidence, ou maintenant confirmer, définitivement la présence d’eau sur la Lune.

LCROSS lancera CENTAUR qui percutera la Lune le 9 octobre 2009.

2 – Jeudi 24 septembre 2009 à 03:46

Une semaine seulement après que la NASA ait fait état de fortes probabilités de trouver de l’eau sur la lune, le satellite indien Chandrayaan-1 en mission vers la Lune a effectivement trouvé de nouveaux éléments confirmant cette découverte. voir la video de l’annonce sur la TV Indienne officielle.

Lancée le 22 octobre 2008, la sonde Chandrayaan-1 a connu une panne de communications le mois dernier.  La mission fut donc annulée – mais avant cela la sonde est parvenu à envoyer des données vitales montrant que l’eau existe sur la surface lunaire, et pourrait même encore se former aujourd’hui.

La recherche de l’eau était l’un des principaux objectifs de la sonde Chandrayaan-1, la première mission lunaire pour l’Inde. La sonde était équipée de l’instrument M3 (NASA’s Moon Mineralogy Mapper), conçu pour rechercher la signature électromagnétique de l’eau.

L’instrument M3 réalise une cartographie minéralogique de la surface du sol lunaire, il a observé une raie d’absorption à la longueur d’onde correspondante de l’ élément chimique liant l’hydrogène et l’oxygène, expliquent les auteurs de ces travaux parus dans la revue américaine Science datée du 25 septembre.

M3 ne pouvant analyser que des informations à très faible profondeur, quelques centimètres sous la surface, (précise Larry Taylor de l’Université du Tennessee co-auteur de cette étude), les données indiquent donc que de l’eau se trouve à la surface. Le signal serait encore  plus significatif dans les régions polaires.

On ne sait pas vraiment comment l’eau arrivée là : des impacts de comètes heurtant la surface ou par l’action du vent solaire pouvant briser les liens de l’oxygène contenu dans les roches et les sols, les hypothèses sont ouvertes.

Cette découverte pourrait avoir des implications importantes pour les futures missions habitées et la création de bases lunaires, en fournissant une source potentielle d’eau potable et de carburant.




3 – Juin 2009 le projet EPOXI

Le vaisseau Deep Impact, partie intégrante du projet EPOXI de la Nasa, est en route vers la comète 103P/Hartley 2 pour la survoler en Novembre 2010 (but : analyser la surface, couleur, température, gaz, albedo et taille des cratères de cet objet mystérieux).

A une distance de 6 millions de km et à la demande de l’équipe M3, Deep Impact a été programmé pour braquer ses instruments vers la Lune et a ainsi détecté le signal de H²O à toutes les latitudes au dessus de 10 degrés Nord.

Les analyses des données lunaires fournies par Deep Impact sont non équivoques et confirment la présence de molécules hydrogène-oxygène (OH/H2O), c’est à dire de l‘eau sur la surface lunaire, mais révèlent aussi que la surface totale du sol Lunaire est hydraté de façon cyclique durant la journée lunaire (ou une partie au moins du jour lunaire), indiquent les auteurs de cette étude.




4 – CASSINI avait déjà trouvé

D’autres observations avaient été effectuées par le passé mais avec une moins grande précision, il s’agit du vaisseau américain CASSINI qui avait effectué, grâce au VIMS (Visual and Infrared Mapping Spectrometer)  ses mesures en 1999 en croisant près de la Lune sur son chemin vers Saturne, la relecture de ces données à la lumière des nouvelles connaissances confirme aujourd’hui la présence d’eau lunaire.

D’autre part, les échantillons de sol et de roches lunaires ramenés par les astronautes des missions Apollo il y a 40 ans contenaient des traces d’eau. Mais la plupart des conteneurs où ils se trouvaient n’étaient pas hermétiques, conduisant les chercheurs à conclure que ces particules d’eau, identiques à celles de la Terre, provenaient d’une contamination par l’humidité de l’air terrien.

Ces quatre informations concordantes provenant de vaisseaux spatiaux différents (Chandrayaan-1, Cassini, Deep Impact et LRO) démontrent que nous pouvons être sûr maintenant de trouver de l’eau (pour notre Pastis…:) sur la surface de la Lune…
la confirmation définitive, mais qui, devant ces informations récentes devient superflue , interviendra le 9 octobre 2009 avec l’impact de LCROSS sur le pôle Sud lunaire.




Une Base Lunaire bientôt.

Dans l’optique de la terra-formation de la planète Mars, la présence d’eau à la surface de la Lune est une excellente nouvelle.
Le litre d’eau terrienne transportée sur la Lune revient à 35000 Euros, le coût du transport d’eau vers Mars donnerait le vertige.

Produire de l’eau à partir du sol lunaire est maintenant envisageable et le projet de bases lunaires habitées prends tout son sens.
L’eau à l’état liquide sur la Lune n’existe pas, les nouveaux calculs et observations prévoient que l’on pourrait extraire 1 litre d’eau par tonne de couche superficielle de sol lunaire.

La séparation de l’eau en hydrogène et oxygène permettrait d’obtenir du carburant et de l’air à respirer à l’intérieur d’une enceinte construite sur le sol lunaire, de nombreux projets existent déjà…

Souhaitons que la volonté politique et le financement soient au rendez-vous pour propulser les magnifiques défis à venir…




Données et Constantes

  • La Lune est âgée de 4, 6 milliards d’années, le même âge que la planète Terre.
  • Sa création est due à l’accrétion d’un gigantesque nuage de débris formé lors de la collision de la Terre avec un astre de la taille de la planète Mars…
  • Distance Terre-Lune : 384 400 km
  • Période de révolution :  27,3 jours
  • Diamètre équatorial  :   3 474 km
  • Masse   :  7,349×10²² kg
  • Gravité de surface  :    1,62 m/s², soit le sixième de la pesanteur que nous connaissons sur la Terre.
  • Température de surface
    * maximale : 123 °C
    * moyenne : -77 °C
    * minimale : -238 °C

Be the first to know on Manin’s Blog

Demi-grand axe 384 400 km
Périapside 363 300 km
Apoapside 405 500 km
Excentricité 0,054 90
Période de révolution sidérale 27,3217 j
(27 j h 43 min 11,5 s)
Période synodique 29,53 j
(29 j 12 h 44 min 12,8 s)
Inclinaison au plan de l’équateur terrestre varie entre
28,58° et 18,28°
Inclinaison à l’écliptique 5,145° (5°824)
Catégories :Astro Étiquettes : , , , , ,

LRO : Destination Lune

18 juin 2009 6 commentaires


LRO à la Conquête de la Lune


Le Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) a été lancé il y a quelques minutes, ce jour Jeudi 18 Juin 2009 à 21:32 UTC soit 23:32 heure de La Rochelle.
Le vaisseau spatial propulsé par un lanceur ATLAS V, contient deux sondes : .

  • le Lunar Reconnaissance Orbiter : LRO
  • le Lunar Crater Observation and Sensing Satellite :  LCROSS

dont la mission est l’étude de la Lune afin de préparer les prochaines missions spatiales, en particulier en recherchant un site adéquat pour la construction d’une base Lunaire.

Le Lunar Reconnaissance Orbiter avant son décollage vers la Lune qui interviendra le Jeudi 18 Juin 2009 à 23:12  heure française.

LRO posé sur le lanceur ATLAS V à Cap Canaveral


Ignition, LRO launched

Le vaisseau ATLAS et le module LCROSS, en route vers la Lune

LRO après séparation voyagera seul vers la Lune, ici le LCROSS




Spécifications de la sonde LRO :

  • La mission du LRO est prévue pour durer 12 mois, en orbite polaire à 50 km d’altitude, il va scruter et cartographier le sol lunaire avec les 7 instruments embarqués en fonctionnement permanent et simultané.
  • extension possible après  cette date,  en relais de communication pour l’observation du pôle Sud
  • masse du LRO : 1000kg
  • charge utile 100 kg, avec contrôle thermique des instruments à bord
  • panneaux solaires orientables fournissant 685 Watts à des batteries Ion-Lithium
  • système de pointage stabilisé 3 axes, précision minimum ~60 secondes d’arc
  • propulsion mono ou bi, 500 à 700 kg de fuel
  • communications : bande KA haut débit, 100-300 Mbps, 900Go/jour

Le projet LRO, graviter autour de la Lune




Le vaisseau LCROSS :
La sonde LCROSS va projeter un objet, une sorte d’obus appelé Centaur vers la surface de la Lune  et percuter celle-ci afin d’y creuser un cratère.
L’impact aura lieu approximativement le 9 Octobre 2009 à 7:30 am EDT.  L’analyse des projections devrait permettre de déceler la présence d’eau sous forme de glace ou de vapeur, ainsi que des hydrocarbones et matériaux hydratés. Ces composants seront nécessaires à nos prochaines missions habitées.

L’impact est ciblé sur le pôle Sud de la Lune dans la région de Cabeus. Le lieu précis de l’impact sera connu 30 jours au préalable, après avoir collecté et examiné les informations du LRO, d’autres satellites gravitant dans le voisinage et des observatoires terrestres.


LCROSS projette un objet vers la surface de la Lune


Le bolide percute la surface de la Lune et provoque une mini éruption.





Partager cet article sur vos profils :


Catégories :Astro Étiquettes : , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :