Archive

Posts Tagged ‘Mars’

2013 : Travaux sur la Planète Mars




Le Robot Mars rover Curiosity de la NASA est toujours à l’ouvrage sur la Planète Mars.

Au cours de la 279ème Sol (journée martienne du 19 mai 2013) les travaux du rover l’ont conduit à forer un trou dans une roche préalablement sélectionnée et appelée « Cumberland ».
Le diamètre du trou percé est d’environ 1,6 centimètres (0,6 pouce). La profondeur du trou est d’environ 6,6 centimètres (soit 2,6 pouces). Le but de cette opération est de recueillir des échantillons de poudre de matériaux de l’intérieur de la roche à fins d’analyse.
L’analyse de l’échantillon rocheux, grâce aux instruments du laboratoire à l’intérieur de Curiosity, va permettre de vérifier les résultats trouvés  sur le rocher voisin « John Klein »,  qui était « la première roche de Mars à partir de laquelle un échantillon n’ait jamais été collecté et analysé ».  Les deux roches sont distantes de 2,75 mètres environ et semblent avoir une apparence similaire. Nous attendons avec impatience des résultats scientifiques de première importance très prochainement.

Forage de roche sur le Sol Martien par le Robot Curiosity


Curiosity a utilisé la caméra Mars Hand Lens Imager (MAHLI) fixée au bras du rover pour capturer cette image du trou dans le rocher Cumberland quelques instants après son forage.


Crédits : Malin Space Science Systems, San Diego, developed, built and operates MAHLI. NASA’s Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif., manages the Mars Science Laboratory Project and the mission’s Curiosity rover for NASA’s Science Mission Directorate in Washington. The rover was designed and assembled at JPL, a division of the California Institute of Technology in Pasadena.


Partager cet article sur vos profils :


Catégories :Astro Étiquettes : , , , , ,

Les Exploits de Curiosity…



Le robot de la NASA Curiosity dans ses expériences géochimiques sur la planète rouge: Mars.
Depuis son atterrissage du 6 août dans le cratère de Gale, situé près de l’équateur martien, Curiosity n’est pas resté inactif, après une série de tests afin de vérifier le bon fonctionnement des instruments moteurs, les techniciens ont décidé de faire une courte ballade vers le mont Glenelg situé à 176 m de distance. Chemin faisant quelques expériences préliminaires scientifiques sont menées 😉

Too Big for the Sieve

Dans cette image, la godet du robot de la NASA Curiosity  montre des échantillons collectés sur le sol martien.
Ces particules de sol, ressemblant à des grains de sable, sont le résidu de la filtration par le tamis de traitement. L’instrument de spectroscopie utilisera ultérieurement, à des fins d’analyses, les particules fines issues du processus de filtration.

La porosité du tamis permet de ne laisser passer que les particules dont la taille est inférieure à 150 micromètres de diamètre. L’opération de filtration consiste à vibrer une pleine cuillerée de terre au dessus du tamis, tandis que les particules fines sont analysées, les particules trop grosses pour passer à travers le filtre sont séparées et restent dans le godet pour une inspection visuelle poussée grâce à la caméra fixée sur le mât du rover. [image que l’on voit ici]

cliquer sur l’image pour zoomer

Le Robot Curiosity en action… (Crédit image: NASA / JPL-Caltech / MSSS)


Cette expérience fait partie d’un test de ‘décontamination’ réalisé par l’instrument CHIMRA [Collection and Handling for In-Situ Martian Rock Analysis] et se résume en la collecte et le traitement in-situ d’un matériaux rocheux d’origine martienne : Cet instrument est fixé à l’extrémité du bas télescopique articulé du rover et comprend une pelle, un tamis et divers autres composants.
L’exercice de décontamination consiste : collecter un petit volume de terre (environ 120 grammes), l’agiter soigneusement à l’intérieur d’une chambre de traitement pour nettoyer les surfaces internes, tamiser l’échantillon collecté, le séparer en parts appropriées, puis jeter l’échantillon. Ce processus sera répété trois fois. Ces cycles de rinçage-rejet font partie d’un protocole d’Assurance Qualité similaire à une pratique courante dans l’analyse en laboratoire géochimique sur Terre.

L’image ci-dessus a été prise par la caméra de droite du mât de Curiosity (Mastcam-100) le 10 octobre 2012, au 64 ème  Sol des opérations, [1 Sol = Jour Martien] .
Les scientifiques de la Nasa ont traité cette image en ajustant la balance des blancs [white-balancing] afin que la couleur de cette scène martienne apparaisse telle qu’elle serait dans les conditions d’éclairage que nous avons sur la Terre.



La vidéo ci-dessous montre magnifiquement le travail effectué par le robot Curiosity sur le sol Martien :







Liens sur le même sujet :




y colorin, colorao este cuento se ha acabao’…



Partager cet article sur vos profils :


Des traces de roues sur Mars

25 août 2012 1 commentaire


Le robot de la NASA Curiosity a effectué mercredi son premier déplacement sur la planète rouge :  Mars.
Depuis son atterrissage du 6 août dans le cratère de Gale, situé près de l’équateur martien, Curiosity n’est pas resté inactif, après une série de tests afin de vérifier le bon fonctionnement des instruments moteurs, les techniciens ont décidé de faire une courte ballade 😉
La zone d’atterrissage a été baptisée « Bradbury Landing » en hommage à l’auteur américain de science-fiction Ray Bradbury, décédé en juin.

cliquer sur l’image pour zoomer

Des traces de Roues sur Mars … Robot Curiosity.    (Crédits Nasa, JPL)



Ainsi Curiosity a actionné ses 6 roues et effectué mercredi son premier déplacement sur Mars !  il a parcouru 4 mètres approx., puis un virage à 90° et avancé de quelques mètres pour se positionner vers son objectif : la zone de Glenelg.

« Curiosity a roulé pour la première fois sur Mars aujourd’hui, avec succès. Nous avons un système de mobilité en parfait état de marche sur notre robot », a déclaré Matt Heverly, responsable des déplacements de Curiosity.

Ce parcours, qui a duré pendant seize minutes, a permis au robot de prendre quelques photographies, notamment les premières images qui montrent clairement les traces de ses roues sur le sol martien.

Un hommage à Ray Bradbury :

« En son honneur, nous avons baptisé l’endroit où Curiosity a atterri ‘Bradbury Landing‘ (La zone d’atterrissage Bradbury)« , a précisé Michael Meyer, responsable scientifique du programme d’exploration de Mars à la NASA, au Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena, Los Angeles.

Le légendaire Ray Bradbury, auteur de Fahrenheit 451 (1953) et notamment Chroniques martiennes (1950), aurait fêté ses 92 ans mercredi,
« il avait déjà atteint l’immortalité avec ses centaines de nouvelles et ses près de cinquante romans. Ses livres nous ont inspirés, les Chroniques martiennes ont inspiré Curiosity et ouvert nos esprits à la possibilité d’une forme de vie sur Mars« , a expliqué Michael Meyer.

Curiosity est encore loin de l’objectif :

Même si Pete Theisinger, responsable de la mission Curiosity s’est félicité du succès de la mission, il reste prudent pour la suite :

« Nous sommes au 16e jour d’une mission de deux ans, nous n’avons pas encore posé notre bras (articulé) sur le sol et nous n’avons pas testé notre capacité à récupérer des échantillons, ce qui est un élément-clé de la mission scientifique« , a-t-il précisé. « Donc, même si tout s’est bien passé jusqu’ici, nous n’avons coché que deux cases de nos exigences minimum : décoller à l’heure (de la Terre) et atterrir sur Mars. Nous sommes encore loin d’avoir atteint le plein potentiel de cette mission » a t-il ajouté.







Si vous avez aimé cet article, vous aimerez certainement :




Partager cet article sur vos profils :


7 minutes de Terreur sur Mars

6 août 2012 1 commentaire


Un exploit historique dans la Conquête Spatiale :


Après 7 minutes de descente le véhicule robotisé *Curiosity* s’est posé sur la Planète Rouge !

Le robot s’est posé à 7h31 ce lundi. «Le contact (avec le sol) est confirmé», a annoncé Mission Contrôle, au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de Pasadena (Californie).
Les membres de la Mission Contrôle ont explosé de joie à l’annonce de l’atterrissage du robot.

Curiosity s’ajoute à la liste des missions Martiennes réussies par les Etat-Unis :

  • 1976 : Viking 1 et 2
  • 1997 : Pathfinder
  • 2004 : Mars Exploration Rovers avec Opportunity et Spirit
  • 2008 : Phoenix
  • 2012 : Curiosity


Curiosity : un des moments cruciaux de la mission : la Descente sur Mars



Le But annoncé du projet Curiosity est la Recherche de la Vie sur la planète Mars.

Curiosity : système de guidage multicaméra et lasers de pointage


Curiosity va étudier les roches qui l’entourent, a expliqué Dr Randii Wessen, ingénieur sur la mission. « Il pourra les évaluer de loin, avec son laser, il pourra aussi prélever des roches et étudier leur composition, une foreuse pourra creuser dans la roche et l’apporter dans le laboratoire de bord du robot », a-t-il poursuivi.

Curiosity : est doté d’appareils puissants pour la recherche de traces de vie sur notre planète soeur.



Le site choisi comporte des falaises et abrupts qui devraient laisser apparaitre des traces de vies éventuelles telles que molécules, débris, empreintes, petits coquillages…

Curiosity :  le site d’atterrissage sur Mars  est le Cratère de Gale



Atterrissage confirmé !

La Première image de la mission en provenance de la planète Mars prise par le robot  Curiosity, dont on aperçoit l’ombre portée sur le sol de la planète rouge



NASA/JPL ground controllers react to learning the the Curiosity rover had landed safely on Mars and begun to send back images to NASA’s Jet Propulsion Laboratory on Monday, Aug. 6, 2012 [French Time]. The rover will assess whether Mars ever had an environment able to support life forms.

La Première image de la mission en provenance de la planète Mars prise par le robot Curiosity, dont on aperçoit l’ombre portée sur le sol de la planète rouge





Le président américain Barack Obama a immédiatement salué dans un communiqué l’atterrissage de Curiosity :

le plus perfectionné des laboratoires mobiles à se poser sur une autre planète, comme un exploit technologique sans précédent qui restera comme un jalon de fierté nationale à l’avenir.


Le conseiller scientifique du président Obama, John Holdren, interrogé sur par le canal de TV interne de la Nasa, a affirmé pour sa part que l’arrivée de Curiosity sur Mars – une mission d’un coût de 2,5 milliards de dollars – constituait «un énorme pas en avant dans l’exploration des planètes».

«Personne n’avait fait quelque chose comme cela. Nous sommes le seul pays à avoir fait atterrir des robots sur une autre planète», a-t-il ajouté.





La prochaine étape sera l’expédition d’astronautes afin d’étudier les possibilités de la Terra-Formation de la planète Mars.







Partager cet article sur vos profils :


Le But annoncé du projet Curiosity est la Recherche de la Vie sur la planète Mars.

Catégories :Astro Étiquettes : , , , ,

Printemps sur Mars


cliquer (2 fois) sur l’image pour zoomer

Le Printemps sur Mars - Image Credit: NASA/JPL-Caltech/University of Arizona

Voici le printemps arrivé sur Mars également, avec lui la disparition de la glace sèche de gaz carbonique (le dioxyde de carbone), qui recouvrait les dunes de sable du pôle Nord martien.
A cette saison, la sublimation de la glace (passant directement de l’état de glace à celui de gaz) entraîne une multitude de phénomènes que l’on ne rencontre que sur notre planète voisine, la planète Mars.

Dans cette image des traînées de sable noir basaltique, jusqu’alors recouvertes par une couche de glace, ont été poussées vers la surface de la glace saisonnière pour former des dépôts apparents en forme d’éventail.
La similitude dans les directions de ces traces suggère qu’elles se sont formées en même temps, sous un vent de même direction et de même force.
Ces traces apparaissent le plus souvent au bord des crêtes des dunes.




Abstract

Burst of Spring

Spring has sprung on Mars, bring with it the disappearance of carbon dioxide ice (dry ice) that covers the north polar sand dunes. In spring, the sublimation of the ice (going directly from ice to gas) causes a host of uniquely Martian phenomena.

In this image streaks of dark basaltic sand have been carried from below the ice layer to form fan-shaped deposits on top of the seasonal ice. The similarity in the directions of the fans suggests that they formed at the same time, when the wind direction and speed was the same. They often form along the boundary between the dune and the surface below.






NB. : Ce matin les pruniers de mon ‘tit jardin étaient tout en fleurs, de jolies fleurs blanches, qui indiquent bien que l’hiver est terminé :

Le Printemps à Echillais - Image Credit : Mariano Arcos aka Manin








j ‘écris plusieurs fois par semaine, il est vraisemblable qu’à votre prochain passage, vous trouviez un nouvel article ou un nouveau design…
n ‘hésitez pas à laisser un commentaire et s’il vous plaît à revenir souvent.


Adresse de ce blog : https://cybermanin.wordpress.com/
Suivez moi aussi sur :
Twitter : https://twitter.com/CyberManin
FaceBook : http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/profile.php?ref=profile&id=857254927
MySpace : http://www.myspace.com/cybermanin
YouTube : http://www.youtube.com/user/CyberManin


Be the first to know on Manin’s Blog



Partager cet article sur vos profils :

Retour en haut de la page


Phobos frôlé par Mars Express

19 mars 2010 3 commentaires



mis à jour le : 23-08-2011.

Pour la première fois une sonde spatiale a frôlé Phobos, il s’agit de la sonde européenne Mars express qui s’est rapprochée à seulement 67 Km  de l’une des deux Lunes¹ de la planète Mars :   Phobos.

cliquer sur l’image pour zoomer

Le satellite Phobos autour de Mars, le 7 mars 2010 Credits: ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)


Cette image de Phobos, lune de Mars a été prise par la caméra stéréoscopique à haute résolution (HRSC) du vaisseau Mars Express, lors de sa 7915 ème orbite.
La caméra HRSC est exploité par le Centre Aérospatial Allemand et la mission Mars Express est gérée par l’ESA (Agence Spatiale Européenne).
La HRSC a pris cette image en utilisant le canal du nadir, celle-ci a été améliorée afin de faire ressortir les caractéristiques dans les zones moins éclairées.  La résolution est de 4,4 mètres par pixel.

La structure de Phobos est encore mystérieuse pour les astronomes car des survols précédents ont montré que ce corps n’est pas suffisamment dense pour être entièrement solide. Parmi les hypothèses expliquant ce fait, outre sa faible gravité, il  existe la possibilité que Phobos soit constitué de roches creuses.

Pour analyser Phobos de plus près, les scientifiques de l’Agence Spatiale Européenne ont donc envoyé Mars Express, sonde qui orbite autour de Mars depuis décembre 2003.




Le satellite Phobos autour de Mars, le 7 mars 2010

« Phobos est probablement un objet de deuxième génération dans le système solaire » explique Martin Pätzold, de l’Université de Cologne, en Allemagne. Cela signifie qu’il s’est formé après la planète Mars probablement selon un mécanisme similaire à celui qui a donné naissance à notre Lune : un impact de gros astéroïde sur la surface de Mars ayant éjecté des débris de roches qui se sont ensuite rapprochés et fusionnés par agrégation.


Phobos mesure 25 km dans sa plus grande longueur, on peut observer outre la multitude d’impacts communs à tous les astres de notre système solaire y compris la Terre, mais aussi l’orientation constante de sillons laissés par les débris d’impacts. En effet ces profonds sillons sont orientés Nord-Sud c’est à dire perpendiculaire à l’axe de rotation actuel !

De plus, mon interrogation est toujours la même : mais où sont passés les corps responsables de ces traces au sol…  Observation valable pour tous les objets célestes voisins à commencer par la Lune.




Le cratère Stickney qui a probablement failli faire éclater Phobos...

Ci-dessus le plus grand des cratères rencontrés sur Phobos, nommé « Stickney », du nom de jeune fille de l’épouse de l’astronome Américain : Asaph Hall,
il est probable que cet énorme impact à failli réduire le satellite en cendre, on peut penser que grâce à la malléabilité de son sol, Phobos a absorbé l’impact et a  simplement était déformé comme une énorme guimauve…

Phobos est située à seulement 6000 km du sol martien (le rayon de Mars mesure environ 3 400 km), il est donc plus proche de la planète que tout autre satellite naturel du système solaire.
Quelle que soit son origine précise, Phobos est inexorablement attiré par la gravité de sa planète mère à la vitesse de 1,8 mètre tous les 100 ans, à cette vitesse il finira par s’écraser sur Mars d’ici environ 50 millions d’années ou se disloquer victime de marées gravitationnelles en créant un anneau formé d’une myriade de petits débris comme c’est le cas autour de Saturne.
« Phobos s’est créé à partir de débris et redeviendra un débris. » conclut Martin Pätzold.










Abstract :

This image of Mars’ moon Phobos was taken by the High Resolution Stereo Camera (HRSC) on Mars Express. The HRSC camera is operated by the German Aerospace Center and the Mars Express mission is operated by the European Space Agency. The HRSC took this image using the nadir channel on March 7, 2010, on HRSC Orbit 7915. The image has been enhanced to bring out the features in the less illuminated areas.

Visit the German Aerospace Center page for 3-D and other imagery of Phobos.

Image Credit: ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)


¹ la deuxième Lune de Mars étant Deimos



Be the first to know on Manin’s Blog






Partager cet article sur vos profils :

Retour en haut de la page


Catégories :Astro Étiquettes : , , , , , ,

Le Jardin aux Roches piège Spirit sur Mars.

8 janvier 2010 2 commentaires


mis à jour le : 20-12-2010.
Bientôt 7 bougies d’Anniversaire pour le véhicule Spirit (Mars Rover Spirit) !

Le 3 janvier 2010 a marqué l’anniversaire de 6 années d’explorations scientifiques sans précédent du robot de la NASA :  Spirit toujours en action sur la surface de la planète Mars.

Design 3D de Spirit sur Mars

(Image Credit: NASA/JPL-Caltech)

Spirit a atterri avec succès sur la planète rouge le 3 janvier 2004 à 20:35h,  son jumeau Opportunity est arrivé le  24 janvier 2004  à 21:05h.

Les rovers sont aussitôt parti dans des directions opposées et ont commencé leurs missions;  prévues pour durer trois mois celles-ci ont duré  :  six ans de notre Terre et durent encore  …. (soit 3,2 années Martiennes)

car à la surprise des scientifiques le vent martien s’est révélé suffisamment puissant pour dégager la poussière obstruant leurs panneaux solaires.

 

Alors que les 2 robots poursuivent leurs périples chacun à une extrémité de la planète, les informations qu’ils nous font parvenir sont très différentes et contrastées.

Spirit a trouvé des preuves d’un environnement torride et violent sur la partie âgée de Mars, alors que Opportunity nous renseigne d’un passé humide et d’une acidité corrosive sur la partie opposée de la planète.

Cependant, une nouvelle épreuve attend notre aventureux robot Spirit :  le prochain hiver martien !  celui-ci pourrait bien mettre fin à ses explorations.

Il y a neuf mois Spirit s’est aventuré sur une zone où le sol était constitué d’une fine couche cristallisée en surface. Cette croute ayant cédé sous le poids, les roues de Spirit se sont enfoncées dans le sable meuble caché en dessous.  Les contrôleurs de la Nasa ont déployé toute leur ingéniosité pour dégager le robot, mais celui-ci s’est ensablé davantage.

 

 

 

Spirit tentant de se désensabler. (Image Credit: NASA/JPL-Caltech)

 

Le rover ne possède plus depuis longtemps tout ses moyens de locomotion ce qui a aggravé son immobilisation actuelle dans le *Jardin des Roches*.

En effet la roue avant droite de Spirit était inutilisable depuis 2006 et la roue arrière droite a cédé il y a 1 mois.

Étonnamment, la roue avant droite s’est remise à fonctionner de façon intermittente, mais la motricité des quatre ou cinq roues n’a pas suffi à extraire Spirit de sa fâcheuse position.

Les dernières tentatives ont abouti à enliser (définitivement ?) Spirit dans le sable du *Jardin des Roches*.

Ce piège de sable pourrait bien se refermer sur le valeureux robot car le manque de mobilité de Spirit pourrait empêcher l’équipe de la NASA de mettre en place la stratégie de survie hivernale essentielle pour le rover.

En effet les contrôleurs pourraient ne pas être en mesure de positionner les panneaux solaires du robot vers le soleil afin de collecter la chaleur nécessaire à la survie des instruments lors du sévère hiver martien.

 

 

 

le Jardin aux Roches

 

L’image ci-dessous montre le lieu appelé  ‘Rock Garden‘ où le robot d’exploration martienne Spirit s’est immobilisé en avril 2009.

Spirit a utilisé sa caméra de navigation pour photographier l’endroit qu’il atteint au 1870 ème sol², soit le 7 avril 2009.

Depuis Spirit est ensablé au centre de cette image.

Site du Rock Garden ... (Image Credit: NASA/JPL-Caltech)

 

 

 

Rock Garden

The above image of a cluster of rocks labeled ‘Rock Garden’ is where NASA’s Mars Exploration Rover Spirit became embedded in April 2009.The Spirit and Opportunity rovers landed on the Red Planet in January 2004 for what was to be a 90-day mission, but which has lasted 6 Earth years, or 3.2 Mars years. During this time, Spirit has found evidence of a steamy and violent environment on ancient Mars that is quite different from the wet and acidic past documented by Opportunity, which has been operating successfully as it explores halfway around the planet. 

 

Spirit used its navigation camera to capture this view of the terrain toward the southeast from the location it reached on the 1,870th Martian day, or sol, on April 7, 2009.

Wheels on the western side of the rover broke through the dark, crusty surface into bright, loose, sandy material that was not visible as the rover approached the site. Spirit became stuck in an area near the left of the image’s center later in April.

 

 

 

(²)La durée des missions des rovers est exprimée en nombre de « sols », qui représentent le nombre de jours martiens écoulés depuis l’arrivée de chaque robot sur Mars. Un sol correspond à 24h 39min.

 

 

 

 

Partager cet article sur vos profils :


%d blogueurs aiment cette page :